Programme 2018-2019

Technologies de l’information et de la communication (TIC) et renforcement des connaissances dans le cadre de la formation continue des professeurs de langues en Albanie

Conférencière : Elona Toro (Université de Tirana, Albanie)

Date et lieu : mercredi 20 mars, 15h30, salle 220, Maison des sciences de l’homme

Résumé :
Ce travail est le résultat de mes recherches dans le domaine des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement (TICE). D’un part, mon expérience d’apprentissage à distance et le sujet de mémoire que j’avais choisi pour soutenir mon Master II à l’Université de Paris-Sorbonne, Paris III, lié à l’influence des TIC sur les stratégies d’apprentissage des étudiants apprenant le français dans le contexte albanais. D’autre part, mon travail au sein du Campus Numérique Francophone de Tirana de l’Agence universitaire de la Francophonie, une organisation universitaire spécialisée dans la coopération universitaire et surtout dans la formation continue des enseignants, le développement et l’intégration du numérique en classe, ainsi que les cours de TICE que je partage avec une collègue du Département de Français, étaient pour moi la source d’inspiration pour essayer de mettre en œuvre un travail de recherche qui mettait en commun ces expériences.

Le travail de recherche visait à mettre en évidence la problématique de la formation continue des enseignants de langues et en particulier de la langue française en Albanie, en mettant l’accent tout d’abord sur l’étude et l’analyse des textes législatifs et des directives en vigueur, concernant le fonctionnement de la formation continue des enseignants dans notre pays pour relever la problématique existante.

Une série d’enquêtes a été effectuée pour relever cette problématique et pour avoir la représentation des enseignants concernant l’intégration des TIC en classe de langue ainsi que leur niveau de compétences numériques. Nous avons aussi testé avec eux une formation réalisée avec les enseignants et les stagiaires du lycée de langues étrangères "Asim Vokshi", qui ont suivi la formation en ligne, à distance sur la plate-forme Moodle.

Etude graphophonologique des voyelles sous accent secondaire en anglais

Conférencier : Quentin Dabouis (LRL)

Date et lieu : jeudi 21 février, 14h00, salle 332, Maison des sciences de l’homme

Résumé :
Cette présentation porte sur l’étude quantitative des régularités de la prononciation des voyelles avec accent secondaire en anglais. L’analyse est menée dans le cadre défini par Fournier (2010) dans lequel les voyelles peuvent avoir jusqu’à quatre « valeurs » : libre (site), entravée (sit), r (sir) et libre colorée par r (sire). L’objectif de cette présentation est d’évaluer empiriquement les règles proposées dans la littérature et de déterminer quelle analyse doit être préférée parmi celles qui y sont avancées. Une étude dictionnairique de 5829 mots tirés de Wells (2008) sera présentée. Les résultats montrent que les voyelles sous accent secondaire respectent globalement les mêmes règles que celles sous accent primaire dans les mots non-dérivés. Les préfixes sémantiquement transparents à voyelle finale ont, quant à eux, globalement des voyelles libres, ce qui semble indiquer leur autonomie phonologique. Enfin, les dérivés suffixaux reprennent généralement la valeur de la voyelle présente dans le dérivant mais divergent de manière significative des non-dérivés lorsque la voyelle correspondante dans le dérivant est réduite.

La co-construction de la signification dans la conversation : l’exemple de l’articulation du non-dit

Conférencière : Elizaveta Chernyshova (ICAR, Labex ASLAN, Université Lumière Lyon 2)

Date et lieu : vendredi 18 janvier, 11h00, salle à définir

Résumé :
Cette intervention exposera la manière dont la signification peut être appréhendée dans la conversation familière avec le cadre théorique et méthodologique de l’analyse conversationnelle. Plus particulièrement, une structure conversationnelle sera présentée comme lieu de la co-construction et de la stabilisation de la signification, considérée alors comme relevant du local et de l’émergeant : la séquence d’explicitation (ou l’articulation du non-dit). A travers une étude de corpus de français parlé en interaction, en situation de repas ou apéritifs entre amis (base de données CLAPI), cette présentation visera à mettre en avant les défis qui se présentent à l’analyste dans la description de ce genre de phénomènes. Plusieurs types d’explicitation relevés dans le corpus seront présentés et analysés afin de montrer la pertinence d’une approche mixte dans la description de ce phénomène complexe.